Brèves de trottoirs : le webreportage hyperlocalisé

24/11/2010 Comments off

Copyright : Brèves de trottoirsParfois, au croisement des innovations apparaissent d’autres nouveautés. “Brèves de trottoirs” est un carrefour dans la grande ville du journalisme. Y débouchent quatre routes: l’avenue du photojournalisme, la rue du portrait, le boulevard du webdocumentaire et le passage de l’hyperlocal.
Le résultat? Des vidéos d’ une dizaine de minutes, teintées de photos léchées, le tout dressant le portrait de Parisiens atypiques, décalés, personnages forts, grandes gueules, qui se racontent comme on raconte un quartier dans lequel on a grandi.

Le projet est né en septembre 2009, de l’imagination d’Olivier Lambert, journaliste frais émoulu de l’école, et de Thomas Salva, photographe appliqué.

Après le succès des premiers clics vint la péripétie inespérée: repérés par France 3, ils signent un partenariat et sont désormais diffusés deux fois par semaine à la télévision, en Ile-de-France. Le nouveau site, retravaillé, sort dans la foulée, comme l’application iPhone et, bientôt, un livre et une exposition.

Innovant, le format l’est, dépoussiérant les techniques narratives et l’utilisation de la belle photo sur le Web.

Mais, est-ce vraiment du journalisme ? Réponse en vidéo.


Thomas Salva et Olivier Lambert de Brèves de trottoirs
envoyé par videoCFPJ. – Regardez les dernières vidéos d'actu.

Elles sont pionnières du reportage sur iPad

23/11/2010 Comments off

ipad-2-en-fr_1Zoé Lamazou et Sarah Leduc, journalistes à France 24, ont réalisé le premier reportage spécifiquement conçu pour iPad: « Congo: la paix violée » raconte le quotidien de femmes – avocates ou victimes – qui luttent contre le viol, véritable arme de guerre en République démocratique du Congo.

A Goma, dans le Nord-Kivu, les deux journalistes ont recueilli pendant 12 jours des textes, des photos, des vidéos et des témoignages sonores. De retour à Paris, il a fallu adapter le reportage au format iPad. En août 2010, France 24 dévoile son exclusivité, un magazine d’une quarantaine de pages interactives, où le récit littéraire et la photographie trouvent une place de choix. Coût de l’opération, près de deux mois de travail et environ 50 000 euros. Le reportage est téléchargeable gratuitement sur iTunes. Et si vous n’avez pas d’iPad, vous pouvez le visionner sur Internet en utilisant Flash Player

Pour Zoé Lamazou et Sarah Leduc, pionnières du genre, le reportage pour tablette tactile ressemble au webdocumentaire, en plus épuré et plus ergonomique. Elles savent bien que l’iPad n’est accessible pour l’heure qu’à un public restreint et nécessite d’importants investissements. « Ce n’est pas la panacée », concède Zoé Lamazou, pour qui l’important est avant tout de produire des reportages, raconter des histoires, quel qu’en soit le support.


Le premier reportage sur iPad – interview
envoyé par videoCFPJ. – L'info internationale vidéo.

Propos recueillis par Natalie Huet et Arnaud Rossignon

Flore Segalen imagine les supports de demain

23/11/2010 Comments off

Leçon d’anticipation avec Flore Segalen, directrice du nouvelobs.com. Elle imagine, dans le futur, des lunettes permettant la réalité augmentée, des rétroprojecteurs intégrés aux vêtements ou encore, des écrans fins comme une feuille de papier.


Le futur des medias selon Flore Segalen
envoyé par videoCFPJ. – L’info video en direct.

Propos recueillis par Morgan Bourven et Julien Massillon

Categories: Les enjeux Tags:

Julian Assange: obscurity to promote transparency

19/11/2010 Comments off

JulianAssangeJulian Assange, the Wikileaks founder, is once again caught up in a scandal. Yesterday, the Stockholm Criminal Court issued an international arrest warrant for him, saying he is suspected of rape, sexual molestation and illegal use of force. This new affair reinforces his controversial reputation. Julian Assange has already had a brush with the law. He was given a suspended jail sentence in 1995 after admitting 25 charges of hacking into computer networks including the Canadian communications firm Nortel.

In 2006, Julian Assange set up an international website that gives an anonymous way to publish sensitive documents. This 49 year-old Australian is a former computer hacker and security specialist. His daily life remains very obscure even if he has become very famous over the last few years after having published nearly 400,000 field reports from soldiers in Iraq, and 77,000 secret US documents on the war in Afghanistan. He is leading the race to be the Time « Person of the year ». But nobody knows the life he leads, where he sleeps, how he works and who he collaborates with. Julian Assange is convinced that the government and intelligence agencies are tracking his every move, and as a result, he is in exile in Europe, probably in Great Britain.

This secret life is all the more surprising as Julian Assange is the spearhead of transparency. He explains that it is what he seeks in a world where true investigative reporting in the media is hard to come by. The Australian has pulled out all the stops to reveal state secrets.

On October 22nd, he published nearly 400,000 classified military documents. They detail the actions of US forces in Iraq between January 2004 and December 2009. The files take a census of the deaths of approximately 109,000 people, 60% of whom were Iraqi civilians. The logs also deal with torture and other war crimes committed by (or ignored by) US military personnel. Some Americans have accused him of treason (especially conservatives, but also some democrats, like Hillary Clinton) and William Hague, a British Conservative politician, has stressed the fact that the Wikileaks documents put « British lives » at risk.

Julian Assange has established his status as a brilliant journalist while becoming the most controversial newsman in America. But dissension is also rife within Wikileaks.

His success has crystallized attention on the way he runs his website and it has triggered off paranoia and conceit. Last month, WikiLeaks’ German spokesman Daniel Schmitt resigned. He denounced some of Assange’s policies and the lack of transparency within WikiLeaks. Julian Assange has been described as a selfish egocentric man who works alone. « Like a king or a god« , said Schmitt. His decision sparked a chain of similar resignations, highlighting the internal troubles of the organization. Snorrason, an Icelandic university student, resigned too.

« I am the heart and soul of this organization, its founder, philosopher, spokesperson, original coder, organizer, financier and all the rest, Assange wrote Snorrason. If you have a problem with me, piss off. »

The Stockholm criminal court’s warrant has strengthened the controversy about him. To protect himself, Assange has said that he may seek political asylum in Switzerland.

Nicolas Kayzer-Bril, from Owni, suspects that a denigration campaign has been launched against him. The French media Owni has helped Julian Assange by creating an Afghan War Logs application to detail and organize the reports. He doesn’t understand the focus on Assange’s personality: « He is totally normal, and pretty cool. He has proved what we can do on a small budget, and the 400,000 files he published are indispensable. He succeeds in doing true war journalism without endangering anyone. »

Julie Dulac
Categories: Non classé Tags:

Xavier Niel, the « French Murdoch »?

19/11/2010 Comments off
Xavier Niel (© rsepulveda)

Xavier Niel (© rsepulveda)

Since the 2nd of November, Xavier Niel, 43, is the new owner of the newspaper Le Monde with Pierre Bergé and Matthieu Pigasse. It’s not the first time the billionaire, CEO of Iliad (Free), has bought a newspaper.

Everything started with a Sinclair ZX81, one of the first personal computers that Xavier Niel father’s gave him for Christmas 1981. « It was the first time I felt listened to », he said. When he quit the two-year preparatory course to go to engineering school, he was only 20 and became rich thanks to the Minitel Rose. Sex chatlines available on the Minitel to be exact: he created sites for the newspapers, which brought in a lot of revenue to Le Nouvel Observateur, for example.

In 1999, with the explosion of Internet, he developed Free and invented the concept of « triple play »: Internet, television, phone. His strategy was to help develop new websites. Not only to attract new customers: « He was really in favour of the expansion of digital information », François Bonnet, chief editor of Mediapart, explained. Xavier Niel invested 100,000 euros in March 2008 when Mediapart was created. « He thinks that internet service providers have big profit margins, so they must help the rise of pure players. To me it’s logical », François Bonnet added. He swore that Niel never intervenes in the editorial content of this independent website.

He gives money, never advice

Niel, who is against the Hadopi law, didn’t vote for the last presidential election and irritates  President Nicolas Sarkozy. The kid from Maisons-Alfort (94) doesn’t care. With his money (12th fortune in France in 2009), he also invested in Terra Eco or Bakchich Info. Xavier Monnier, the director of Bakchich, remembers: « In April 2008, we needed a lot of money. He contacted us by mail, and said he was interested. He gave us 200,000 euros. » The same for Mediapart: Niel never gave his advice, only money. « He’s a great shareholder », Xavier Monnier concludes.

So, why Le Monde now ? What are the real plans of this discreet guy who invests in media companies but hardly talks to them, who also gave 100,000 euros for the independent website OWNI last October? « Le Monde belongs to everyone, that’s what he said, remembers Xavier Ternisien, who works on the ‘Media’ column of the reference newspaper. He said it wasn’t inevitable that we lose money. Furthermore, he’s very pleasant and enthusiastic like a child, it’s a bit puzzling. We preferred Niel, Pigasse and Bergé to Perdriel, Prisa and Orange ».

New strategies for Le Monde

A nomination approved by 60% of the journalists of Le Monde. Niel has put up 30 million euros out of a total of 110 million. This money will be used to make « strategic choices »: will Le Monde still be published in the afternoon, or in the morning? What future for the printing works? It is also said that the journalists working on the paper edition will be closer to the web journalists. « Today, the media landscape is very depressed. We have just learned the liquidation of the weekly TV Hebdo, La Tribune is a bit shaky… Being bought by Niel, a pioneer of the digital economy, it’s a bit of luck », Ternisien said.

But all these journalists that Xavier Niel helped are unanimous: he isn’t the French Rupert Murdoch, this well-known Australian media tycoon. Not the same generation, not the same burning desire to build a media empire. For François Bonnet of Mediapart, he just wants « to help ». Xavier Ternisien sees him as « a French Bill Gates, who can speak on equal terms with a giant like Google, and who believes in our brand ». Xavier Niel will present his plan for Le Monde very soon. Thus the journalists will see if, in spite of the weight of his money, they really feel  « Free ».

Aline Martinez
Categories: Non classé Tags:

Des bulles dans l’info

19/11/2010 Comments off

Il était une fois un jeune reporter belge. Sa houppette et son petit chien blanc ont fait le tour du monde. Oui, Tintin est probablement le plus emblématique des journalistes de bande dessinée.  Il n’est pas le seul : Spirou, Fantasio et leur collègue Seccotine, Ric Hochet ou Clark Kent (alias Superman) ont eux aussi embrassé la profession. Le neuvième art a souvent été attiré par le journalisme, même si ce n’est la plupart du temps qu’un prétexte. Malgré ses nombreuses aventures, Tintin ne semble jamais vraiment travailler, à l’exception du premier album, Tintin au pays des Soviets. « L’actualité a toujours été présente dans la BD, dans les premiers Tintin par exemple, rappelle Jean-Christophe Ogier, journaliste à France Info où il a fondé le Prix de la BD de reportage et d’actualité. Ce n’est pas un hasard si Hergé a réalisé plusieurs versions de Tintin au pays de l’or noir, au gré des événements. »

Image 6Mais la bande dessinée peut aussi être un format journalistique. « Quand on parle de BD reportage, on entend des œuvres pour lesquelles les auteurs ont puisé leur inspiration dans l’actualité, explique Jean-Christophe Ogier. Cela permet de mettre en scène des images et propos qu’on ne pourrait pas montrer autrement. » Un exemple, les procès, auxquels les caméras de télévision n’ont pas accès. Le dessinateur Tignous et le journaliste Dominique Paganelli ont ainsi raconté en images le procès Colonna.

Les pionniers ne sont pas nés d’hier. L’auteur américano-maltais Joe Sacco a été l’un des premiers à mêler journalisme et bande dessinée, dans Palestine, en 1993. L’apport de la BD au journalisme rappelle le genre inventé dans les années 1960-1970 par les pionniers du « Nouveau journalisme ». Tom Wolfe, Truman Capote, Hunter S. Thompson ou Norman Mailer ont accentué l’art de la mise en scène, des détails et les récits à la première personne. Un peu comme le fait la BD aujourd’hui.

Journalistes et dessinateurs utilisent en fait les mêmes techniques. Lorsque Patrick Chappatte part en reportage à Gaza, en Ossétie du Sud, en Côte d’Ivoire ou à Nairobi, il le prépare en amont. « Sur place, je prends des rendez-vous, des notes, des photos, toute une matière journalistique que je collecte, raconte-t-il. Mais je ne dessine jamais là-bas, je monte ma BD chez moi comme on monterait une vidéo. »

Un nouveau public

Les auteurs de bande dessinée apportent au reportage leur subjectivité. Pour le dessinateur Maximilien Le Roy, ce regard n’est pas en contradiction avec le journalisme: « L’impartialité journalistique n’existe pas, on a tous nos grilles de lecture. Si vous prenez un journaliste français et un journaliste allemand pour parler du bombardement de Dresde, les faits seront les mêmes, le nombre de bombes ne changera pas, mais ils écriront deux articles totalement différents. »

En se mettant à la BD, les médias courtisent un nouveau public. « Le côté visuel permet aux lecteurs de développer une empathie, reprend-il. Grâce à la bande dessinée, on sensibilise à des sujets politiques ou historiques des gens qui ne seraient pas attirés autrement. » La Palestine, Gaza, la Côte d’Ivoire, des sujets souvent difficiles d’accès. La bande dessinée est « une porte ouverte vers des sujets souvent dramatiques, renchérit Patrick Chappatte. On ne leur accorde pas forcément beaucoup d’attention en temps normal. Et puis grâce à la BD, ils ont trois pages au milieu du Temps. Le dessin renforce le côté humain, en gardant de la distance. On peut faire passer la force d’un sujet sans l’aspect voyeuriste de la photo. »

Image 7

Joe Sacco. Palestine

Les journalistes aussi sont séduits par ce nouveau mode de traitement de l’information. Certains l’ont même adopté. En 2010, le Prix France Info de la BD de reportage et d’actualité a été remis à L’affaire des affaires. Yan Lindingre et Laurent Astier en signent le dessin, le journaliste Denis Robert le scénario.

« Une niche visible »

Si elle existe depuis longtemps, la BD de reportage est à la mode aujourd’hui. En publiant un hors série en bande dessinée, le Monde diplomatique a voulu « faire un pas de côté », explique Mona Chollet, journaliste qui a participé au projet. « Nous sommes habitués à une forme d’écriture un peu austère, que l’on assume, la BD nous a permis de développer nos sujets sous une forme différente. » L’éditorial du numéro annonçait que le Monde diplomatique ne serait plus qu’en format dessiné à compter de janvier 2011. « C’était une blague, s’amuse Mona Chollet. Mais tout le monde y a cru. »

La revue XXI consacre trente pages à la bande dessinée dans chaque numéro. Une volonté de renouveler le genre journalistique. « Patrick de Saint-Exupéry est un ancien grand reporter, il a voulu accorder une grande place aux reportages traditionnels, mais aussi aux romanciers, à la photo et comme c’est un grand amateur de BD… » explique Jean-Christophe Ogier.

Pour la 17e édition du prix France Info, Jean-Christophe Ogier a reçu deux fois plus d’ouvrages que les années précédentes. Il vient juste d’en terminer la sélection. Au menu, des genres très divers:

-       Sarkozy et les femmes du dessinateur Aurel et du journaliste politique Renaud Dély,

-       le hors série du Monde diplomatique,

-       Immigrants (collectif), avec des récits de Christophe Dabitch,

-       Ahmadinejad atomisé de Sifaoui et Bercovici,

-       Quai d’Orsay d’Abel Lanzac et Christophe Blain

-       Gaza 1956 de Joe Sacco

-       War songs d’Ivan Brun

« A chaque fois, il s’agit d’un véritable travail d’enquête ou de biographe, observe-t-il. Pour Gaza 1956, Joe Sacco est parti d’une note de bas de page dans un rapport de l’ONU, puis il a enquêté, retrouvé des témoins, les a confrontés… Il a véritablement passé un cap. » Selon lui, la BD permet de « parler de l’actualité de manière différente ».

La BD de reportage prend une place plus importante dans les médias aujourd’hui. « On lui accorde beaucoup d’attention en ce moment, note Patrick Chappatte. C’est une niche, mais une niche visible. » De là à fonder un support qui lui soit entièrement dédié, la route est longue. « Les deux sont complémentaires, reprend-il. La BD est là pour renouveler les approches de la presse ou du Web. »

Laurence Gallois

Arianna Huffington, ambiguous icon

19/11/2010 Comments off
For the last ten years, Arianna Huffington has become a liberal figurehead

For the last ten years, Arianna Huffington has become a liberal figurehead

Maybe there will be an Arianna Huffington biopic one of these days. If so, Meryl Streep would be a good bet for the lead part. They are (somehow) physically alike, both of them are dashing new sexagenarians – Arianna Huffington is 60, Meryl Streep is 61 –  and they belong to the same kind of liberal elite : once George W. Bush haters, then Barack Obama lovers, and now a bit lost by the – necessarily – disappointing exercise of power by the Democratic messiah. Since, the Huffington Post, this liberal trail-blazer of the web, aggregating thousands of bloggers, this 5-year-old website is only part of Arianna Huffington’s second life.

A liberal switch

Born Arianna Stassinopoulos in Athens, she’s kept the name of her first and only husband, Michael Huffington, a conservative oil millionaire. When he ran as a Republican for seats in the US House of Representatives (in 1992, he won) and the US Senate (1994, he lost), she campaigned for him. She argued for fiscal conservative causes : small government, reduction in welfare provisions. In 1996, she even backed Bob Dole in his unsuccesful bid for US Presidency against Democratic incumbent Bill Clinton.

Arianna Huffington switched to the progressive side as she was about to enter the 21st century. The move was certainly helped by her divorce in 1997 – one year later, Michael Huffington revealed his bisexuality and turned into a LGBT (Lesbian Gay Bisexual and Transgendered people) rights advocate. His ex-wife dropped her conservative clothes and ended up supporting John Kerry in 2004. The Democratic challenger lost against George W. Bush, but this turned into an opportunity for Arianna Huffington. In a way, the demonized Republican President was an easy target for the Huffington Post which began as a simple commentary outlet.

zavy93d3

Neil Young is one of the Huffington Post's contributors

It was launched in May 2005 as a liberal alternative to conservative news aggregation websites like the Drudge Report. Arianna Huffington (and her collaborators Kenneth Lerer and Jonah Peretti)’s  stroke of genius was to combine links to prominent news stories with commentary by an enormous community of bloggers. Basically, everyone that counts in the liberal sphere has written something on the Huffington, from Senators like Russ Feingold to entertainers like Neil Young or Robert Redford.

Litigation

Not forgetting anonymous citizens who are still the main stay of the Huffington Post‘s 3000 bloggers. Anonymous and most of the time unpaid, which drew concerns over the viability of the site’s economic model : some bloggers have now left, tired of not being paid for a real news coverage job. Nevertheless, the Huffington Post is till a going concern.

The proof of it? Litigation: on Tuesday, two Democratic consultants sued Arianna Huffington for stealing the site’s idea from them. Exactly the story of The Social Network, David Fincher’s take on Facebook. The Arianna Huffington hollywoodian biopic does not look like a pipe dream.

Julien Dury
Categories: In English, Les gens Tags:

« Grâce au Bondy Blog, une parole nouvelle émerge sur la place médiatique »

19/11/2010 Comments off
Nordine Nabili, président du Bndy Blog

Nordine Nabili, président du Bondy Blog

Le Bondy Blog est un journal en ligne tenu par de jeunes habitants des « quartiers », comme les appellent les médias traditionnels, encadrés par une équipe de journalistes professionnels, dont Nordine Nabili, son président, ancien de Beur FM, RFI et Reuters. Créé par des journalistes suisses après les émeutes qui ont éclaté dans certaines banlieues françaises en novembre 2005, il « raconte les quartiers populaires et fait entendre leur voix dans le débat national ». Cinq ans après, plusieurs journaux français et étrangers ont évoqué son aventure -du New York Times au Monde, en passant par le Financial Times, ou Elle. Et le Bondy Blog a contribué à une numéro spécial de Courrier International. Ces blogueurs « coachés » représentent-ils aujourd’hui un nouveau journalisme – et le seul possible en banlieue?

Les réponses de Nordine Nabili.

Le Bondy Blog est-il une nouvelle forme de journalisme?

Il est encore trop tôt pour le dire. Mais il est d’ores et déjà certain qu’il ne faut pas analyser le Bondy Blog à travers le prisme du journalisme classique. C’est un blog, dont les auteurs font un travail de journalistes. Plus exactement, il s’agit de jeunes qui ont investi le Web pour raconter leur vie, avec l’aide de journalistes professionnels. Le but est de redonner à ces mômes une estime d’eux-mêmes. Le Bondy Blog est avant tout une promesse républicaine. C’est pourquoi, d’ailleurs, les pouvoirs publics pourraient lui donner un coup de main puisqu’il remplit une mission de service public.

Cinq ans après sa création, considérez-vous que c’est un succès?

Clairement oui: le Bondy Blog explose! Il enregistre plus de 600 000 connexions par mois, un peu derrière Rue 89. Les budgets n’ont pourtant rien de comparables: le budget annuel du Bondy Blog, 60 000 euros, correspond au budget mensuel de Rue 89… On aimerait ouvrir prochainement de nouvelles éditions, à Lille, Toulouse et Montpellier, notamment.

Comment expliquez-vous cet intérêt ?

La réalité est que nos blogueurs vont là où les journalistes s’arrêtent. Ils ont une manière de traiter l’information que les médias professionnels devraient avoir mais qu’ils n’ont pas, faute de moyens financiers ou de connaissance du terrain. Nos jeunes, eux, ont un réseau, et surtout, ne pratiquent pas la politique de la terre brûlée, car ils savent qu’ils vont recroiser leurs interlocuteurs dans la vie de tous les jours. Bref, ils prennent le temps de restituer la réalité. Grâce à eux, une parole nouvelle émerge sur la place médiatique. En montrant qu’il est possible de créer un autre « fil » d’actualité que celui de l’AFP – où 80 % de ce qui se passe dans les quartiers n’est pas traité – ces jeunes prouvent que l’on peut faire du journalisme autrement.

Propos recueillis par Coralie Muller
Categories: Les gens, Pionniers Tags:

Lila King’s take on the new pioneers

19/11/2010 Comments off

And if the new pioneers of journalism weren’t the journalists themselves?


Lila King – Pioneers of journalism
envoyé par videoCFPJ. – L’actualité du moment en vidéo.

As CNN.com participation director, Lila King manages a community of internauts who send pictures and videos of events they witness. She does not consider herself as a journalist, any more than the people who contribute to CNN participation platform, iReport. But she sees in community managers the real pioneers of journalism as they « are making the platforms that make journalism possible ».

David Cohn’s Spot.us goes further, as he relies on citizens to gather money for journalism : this crowdfunding investigative journalism platform allows people to fund stories that journalists will cover.

Aurélien Culat et Simon Carraud
Categories: In English, Les gens, Pionniers Tags:

La PQR ouvre son kiosque sur iPad

19/11/2010 Comments off

Page d'accueil de "Presse Régionale" sur iPad

Page d'accueil de "Presse Régionale" sur iPad

Depuis septembre dernier, la PQR se lit aussi sur tablette. Le Syndicat de la Presse Quotidienne Régionale (SPQR) et la Caisse des dépôts ont investi dans une application pour iPad: le kiosque « Presse Régionale ».

Les titres de la PQR, qui sont présents de manière très inégale sur le Web, n’ont pas eu à débourser un centime pour s’inviter sur la dernière invention d’Apple: leur syndicat a payé l’addition. Le principe est simple: « Presse régionale » se télécharge gratuitement, 30 titres de presse et plus de 380 éditions locales y sont disponibles en format PDF. On feuillette les Unes en cliquant sur une carte de France ou en power flow (voir photo légendée), et on s’offre le ou les titres choisis pour 79 centimes d’euros.

Vincent de Bernardi, directeur du SPQR

Vincent de Bernardi, directeur du SPQR

Pour un titre de presse, débarquer sur iPad est un véritable luxe, comme l’admettent Eric Villemin des Echos ou Flore Segalen du NouvelObs, qui ont sauté le pas.

mutualisant les coûts. Le directeur du SPQR, Vincent de Bernardi, affirme qu’il ne coûte quasiment rien aux éditeurs.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

1 000 journaux vendus par semaine

Présentation en "powerflow" des Unes de chaque édition

Présentation en "powerflow" des Unes de chaque édition

Un dépense raisonnable, donc, et déjà un joli succès: depuis son lancement en septembre 2010, 35 000 personnes ont été séduites par l’application. Mieux, « Presse Regionale »,  vend 1000 journaux sur l’application par semaine, trois mois à peine après sa création, un chiffre qui surprend agréablement les concepteurs du projet.

Mais qui sont les clients? Contrairement à l’image qu’on peut se faire du lecteur type d’un quotidien régional, Vincent de Bertrandi le décrit actif et mobile, et donc potentiellement friand de tablette. 

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Cette lectrice fidèle des Dernières Nouvelles d’Alsace abonde dans son sens. Pour elle, l’offre est convaincante, même si « Presse Régionale » gagnerait en valeur ajoutée en enrichissant l’offre papier. 

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Avec « Presse  régionale », la PQR n’espère pas seulement reconquérir son lectorat, structurellement en déclin. Elle se cherche surtout un nouveau public :

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Carte de France des éditions disponibles sur "Presse Régionale"

Carte de France des éditions disponibles sur "Presse Régionale"

7% des Français veulent un Ipad pour Noel

Les débuts de »Presse régionale » sont certes encourageants, mais Vincent de Bernardi attend les fêtes de fin d’année pour se réjouir, en comptant sur une augmentation des ventes d’iPad. Le SPQR se raccroche à un sondage BVA paru en septembre dernier, qui indique que 7% des Français seraient prêts à investir dans une tablette numérique pour Noël.

Si le mois de décembre confirme l’appétence des Français pour les tablettes, les titres régionaux auront gagné le pari de l’iPad. Mais ils devront rapidement se remettre au travail. D’autres tablettes existent ou verront le jour prochainement. Et il faudra alors concevoir d’autres applications compatibles avec Android ou Windows 7, les deux principaux concurrents de la marque à la pomme. « Presse Regionale » n’a pas fini d’ouvrir des kiosques.

Zoé Sfez

Categories: Les enjeux Tags: